33.3 C
Niger
mardi, octobre 4, 2022
spot_img

CEDEAO : Eu égard au contexte, des décisions draconiennes prises par le Sommet !

La Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté  économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est réunie en Session extraordinaire  le  3  février  2022  à  Accra,  en  République  du  Ghana,  sous  la présidence  de S.E.M.  Nana  Addo  Dankwa  AKUFO-ADDO, Président  de  la République du Ghana et Président en exercice de la Conférence. Cette  session  extraordinaire a été organisée dans le but d’examiner les récentes évolutions politiques intervenues au Burkina Faso, en Guinée et au Mali.

A l’issue de l’examen des différents rapports de missions, la Conférence a exhorté les différents gouvernements de transitions à accélérer la mise en place des mécanismes pouvant conduire au retour à l’ordre constitutionnel dans ces pays tout en maintenant les sanctions prononcées à leur encontre.

La Conférence a fermement  condamné la  tentative  de  coup  d’Etat  en  Guinée  Bissau  et exprimé sa solidarité avec le Président Umaro Sissoco EMBALO et avec le peuple de Guinée Bissau. Elle décide egalement, au vu de ces derniers développements, de l’envoi d’une Force d’appui à la stabilisation du pays.

La  CEDEAO  a réitéré  sa  disponibilité  à  travailler,  en collaboration  avec l’Union  Africaine  et  les  Nations  Unies,  en  vue  d’apporter l’appui  technique nécessaire aux autorités du Burkina Faso, de la Guinée et du Mali, pour les aider dans la mise en œuvre du calendrier accepté.

La Conférence a exprimé sa vive préoccupation face aux cas de violation de l’ordre constitutionnel dans la région, notamment par le biais des coups d’Etat militaires  récemment  intervenus  et  les  tentatives  de  coup  d’Etat  dans  certains Etats membres.

Cependant, devant cette posture d’ouverture, de dialogue et de remédiation de l’institution commune, on peut présager que les différents gouvernements de transition devraient saisir cette main tendue pour la stabilisation dans la région et pour favoriser la synergie d’actions dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Related Articles

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest Articles

spot_img

CEDEAO : Eu égard au contexte, des décisions draconiennes prises par le Sommet !

La Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté  économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est réunie en Session extraordinaire  le  3  février  2022  à  Accra,  en  République  du  Ghana,  sous  la présidence  de S.E.M.  Nana  Addo  Dankwa  AKUFO-ADDO, Président  de  la République du Ghana et Président en exercice de la Conférence. Cette  session  extraordinaire a été organisée dans le but d’examiner les récentes évolutions politiques intervenues au Burkina Faso, en Guinée et au Mali.

A l’issue de l’examen des différents rapports de missions, la Conférence a exhorté les différents gouvernements de transitions à accélérer la mise en place des mécanismes pouvant conduire au retour à l’ordre constitutionnel dans ces pays tout en maintenant les sanctions prononcées à leur encontre.

La Conférence a fermement  condamné la  tentative  de  coup  d’Etat  en  Guinée  Bissau  et exprimé sa solidarité avec le Président Umaro Sissoco EMBALO et avec le peuple de Guinée Bissau. Elle décide egalement, au vu de ces derniers développements, de l’envoi d’une Force d’appui à la stabilisation du pays.

La  CEDEAO  a réitéré  sa  disponibilité  à  travailler,  en collaboration  avec l’Union  Africaine  et  les  Nations  Unies,  en  vue  d’apporter l’appui  technique nécessaire aux autorités du Burkina Faso, de la Guinée et du Mali, pour les aider dans la mise en œuvre du calendrier accepté.

La Conférence a exprimé sa vive préoccupation face aux cas de violation de l’ordre constitutionnel dans la région, notamment par le biais des coups d’Etat militaires  récemment  intervenus  et  les  tentatives  de  coup  d’Etat  dans  certains Etats membres.

Cependant, devant cette posture d’ouverture, de dialogue et de remédiation de l’institution commune, on peut présager que les différents gouvernements de transition devraient saisir cette main tendue pour la stabilisation dans la région et pour favoriser la synergie d’actions dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Related Articles

- Advertisement -spot_img
spot_img

CEDEAO : Eu égard au contexte, des décisions draconiennes prises par le Sommet !

La Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté  économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est réunie en Session extraordinaire  le  3  février  2022  à  Accra,  en  République  du  Ghana,  sous  la présidence  de S.E.M.  Nana  Addo  Dankwa  AKUFO-ADDO, Président  de  la République du Ghana et Président en exercice de la Conférence. Cette  session  extraordinaire a été organisée dans le but d’examiner les récentes évolutions politiques intervenues au Burkina Faso, en Guinée et au Mali.

A l’issue de l’examen des différents rapports de missions, la Conférence a exhorté les différents gouvernements de transitions à accélérer la mise en place des mécanismes pouvant conduire au retour à l’ordre constitutionnel dans ces pays tout en maintenant les sanctions prononcées à leur encontre.

La Conférence a fermement  condamné la  tentative  de  coup  d’Etat  en  Guinée  Bissau  et exprimé sa solidarité avec le Président Umaro Sissoco EMBALO et avec le peuple de Guinée Bissau. Elle décide egalement, au vu de ces derniers développements, de l’envoi d’une Force d’appui à la stabilisation du pays.

La  CEDEAO  a réitéré  sa  disponibilité  à  travailler,  en collaboration  avec l’Union  Africaine  et  les  Nations  Unies,  en  vue  d’apporter l’appui  technique nécessaire aux autorités du Burkina Faso, de la Guinée et du Mali, pour les aider dans la mise en œuvre du calendrier accepté.

La Conférence a exprimé sa vive préoccupation face aux cas de violation de l’ordre constitutionnel dans la région, notamment par le biais des coups d’Etat militaires  récemment  intervenus  et  les  tentatives  de  coup  d’Etat  dans  certains Etats membres.

Cependant, devant cette posture d’ouverture, de dialogue et de remédiation de l’institution commune, on peut présager que les différents gouvernements de transition devraient saisir cette main tendue pour la stabilisation dans la région et pour favoriser la synergie d’actions dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Related Articles

- Advertisement -spot_img