33.3 C
Niger
mardi, octobre 4, 2022
spot_img

Atelier National Sur La Capitalisation Des Acquis Du Cycle Électoral 2017-2021 : Tirer Les Leçons Du Passé Et Pérenniser Les Acquis De La CENI Pour Améliorer Les Futures Échéances Électorales

Du 16 au 17 février 2022, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), en collaboration avec le PNUD, organise à Niamey, un atelier national sur la capitalisation des acquis du cycle électoral 2017-2021 et la consolidation des activités de pérennisation de la CENI. Présidée par le président de ladite Institution, Me Issaka Souna, cette rencontre de réflexions et d’échanges a vu la participation de la Représentante-Résidente du PNUD au Niger, Mme Diana Louise Ofwona, des représentants des organisations internationales et de la coopération bilatérale, de ceux des autres acteurs électoraux, des membres de la CENI, ceux des partis politiques toutes tendances confondues, ainsi que de nombreux invités. Durant deux jours, les participants se pencheront sur l’examen du rapport sur les violences pré, pendant et post-électorales.

Dans son intervention, Me Souna a d’abord indiqué que cette rencontre entre dans le cadre de la série d’ateliers nationaux qui a démarré depuis le 14 février 2021 et qui se poursuivra jusqu’à fin février 2022. «S’il est vrai que depuis l’année dernière le Niger a été et continue d’être félicité, pour avoir réussi à organiser tous les scrutins prévus dans les formes et délais constitutionnels, il est non seulement nécessaire, mais aussi utile sinon indispensable de procéder à une analyse approfondie des causes et conséquences des insuffisances, faiblesses et incidents qui ont été enregistrés avant, pendant et après les scrutins, en vue de mettre en place des mesures correctives susceptibles de prévenir, d’améliorer et/ou de corriger les manquements et d’éviter dans la mesure du possible, la réédition de certains évènements», a indiqué le 1er responsable de la CENI. C’est à cet exercice, selon lui, que la CENI s’est livrée au niveau interne dans le cadre de la capitalisation des acquis du cycle électoral 2017-2021 et la consolidation des activités de pérennisation de l’Institution.

Me Souna a également réitéré la disponibilité de son Institution, à accueillir favorablement toute assistance destinée au renforcement des capacités de ses membres. Il a ajouté que la CENI a organisé et continuera à organiser des ateliers pour une triple raison à savoir : Consacrer d’une part, suffisamment de temps à l’examen des documents de synthèse des travaux ; prendre en compte d’autre part, le caractère transversal des thématiques dans l’analyse croisée des constats et résultats de l’état des lieux de certaines thématiques et enfin, permettre aux participants, d’établir et/ou de retrouver aisément la complémentarité entre les recommandations issues des études et analyses.

Me Issaka Souna a fait observer que l’examen rétrospectif des conditions de déroulement des scrutins de 2020/2021, révèle que malgré les nombreuses séances de formation, d’information, et de sensibilisation, quelques incidents violents ont été enregistrés à l’issue de la proclamation des résultats définitifs. En conséquence, des recommandations ont été formulées dans un seul objectif, à savoir, parvenir à identifier, prévenir et éviter les risques de violences électorales pour les futures élections du Niger. Il a ensuite indiqué que les participants auront aussi à travailler sur l’amélioration du code électoral. «Nous n’avons pas le droit de nous arrêter en si bon chemin. Bien au contraire, malgré les quelques difficultés du moment, qui sont d’ailleurs inhérentes à tout cycle électoral, nous devons examiner ensemble comment poursuivre la conjugaison de nos efforts, en vue de contribuer à l’organisation d’élections inclusives qui constituent un élément essentiel de la démocratie», a-t-il estimé.

Quant à la Représentante du PNUD au Niger, Mme Diana Louise Ofwona, elle a tout d’abord félicité la CENI ‘‘pour l’organisation de quatre ateliers nationaux qui concrétisent la vision d’une CENI permanente et professionnelle, dans le cadre de la capitalisation du cycle électoral 2017 – 2021’’. «C’est grâce à une démarche inclusive de collecte d’informations, d’analyse et de recommandations que nous continuons d’une part à capitaliser sur ces succès, d’autre part à travailler sur le long terme pour la démocratie au Niger et enfin à privilégier l’accès des populations à des élections libres, transparentes et inclusives, seul gage de la paix dans notre belle Afrique», a déclaré la responsable du PNUD au Niger.

Related Articles

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest Articles

spot_img

Atelier National Sur La Capitalisation Des Acquis Du Cycle Électoral 2017-2021 : Tirer Les Leçons Du Passé Et Pérenniser Les Acquis De La CENI Pour Améliorer Les Futures Échéances Électorales

Du 16 au 17 février 2022, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), en collaboration avec le PNUD, organise à Niamey, un atelier national sur la capitalisation des acquis du cycle électoral 2017-2021 et la consolidation des activités de pérennisation de la CENI. Présidée par le président de ladite Institution, Me Issaka Souna, cette rencontre de réflexions et d’échanges a vu la participation de la Représentante-Résidente du PNUD au Niger, Mme Diana Louise Ofwona, des représentants des organisations internationales et de la coopération bilatérale, de ceux des autres acteurs électoraux, des membres de la CENI, ceux des partis politiques toutes tendances confondues, ainsi que de nombreux invités. Durant deux jours, les participants se pencheront sur l’examen du rapport sur les violences pré, pendant et post-électorales.

Dans son intervention, Me Souna a d’abord indiqué que cette rencontre entre dans le cadre de la série d’ateliers nationaux qui a démarré depuis le 14 février 2021 et qui se poursuivra jusqu’à fin février 2022. «S’il est vrai que depuis l’année dernière le Niger a été et continue d’être félicité, pour avoir réussi à organiser tous les scrutins prévus dans les formes et délais constitutionnels, il est non seulement nécessaire, mais aussi utile sinon indispensable de procéder à une analyse approfondie des causes et conséquences des insuffisances, faiblesses et incidents qui ont été enregistrés avant, pendant et après les scrutins, en vue de mettre en place des mesures correctives susceptibles de prévenir, d’améliorer et/ou de corriger les manquements et d’éviter dans la mesure du possible, la réédition de certains évènements», a indiqué le 1er responsable de la CENI. C’est à cet exercice, selon lui, que la CENI s’est livrée au niveau interne dans le cadre de la capitalisation des acquis du cycle électoral 2017-2021 et la consolidation des activités de pérennisation de l’Institution.

Me Souna a également réitéré la disponibilité de son Institution, à accueillir favorablement toute assistance destinée au renforcement des capacités de ses membres. Il a ajouté que la CENI a organisé et continuera à organiser des ateliers pour une triple raison à savoir : Consacrer d’une part, suffisamment de temps à l’examen des documents de synthèse des travaux ; prendre en compte d’autre part, le caractère transversal des thématiques dans l’analyse croisée des constats et résultats de l’état des lieux de certaines thématiques et enfin, permettre aux participants, d’établir et/ou de retrouver aisément la complémentarité entre les recommandations issues des études et analyses.

Me Issaka Souna a fait observer que l’examen rétrospectif des conditions de déroulement des scrutins de 2020/2021, révèle que malgré les nombreuses séances de formation, d’information, et de sensibilisation, quelques incidents violents ont été enregistrés à l’issue de la proclamation des résultats définitifs. En conséquence, des recommandations ont été formulées dans un seul objectif, à savoir, parvenir à identifier, prévenir et éviter les risques de violences électorales pour les futures élections du Niger. Il a ensuite indiqué que les participants auront aussi à travailler sur l’amélioration du code électoral. «Nous n’avons pas le droit de nous arrêter en si bon chemin. Bien au contraire, malgré les quelques difficultés du moment, qui sont d’ailleurs inhérentes à tout cycle électoral, nous devons examiner ensemble comment poursuivre la conjugaison de nos efforts, en vue de contribuer à l’organisation d’élections inclusives qui constituent un élément essentiel de la démocratie», a-t-il estimé.

Quant à la Représentante du PNUD au Niger, Mme Diana Louise Ofwona, elle a tout d’abord félicité la CENI ‘‘pour l’organisation de quatre ateliers nationaux qui concrétisent la vision d’une CENI permanente et professionnelle, dans le cadre de la capitalisation du cycle électoral 2017 – 2021’’. «C’est grâce à une démarche inclusive de collecte d’informations, d’analyse et de recommandations que nous continuons d’une part à capitaliser sur ces succès, d’autre part à travailler sur le long terme pour la démocratie au Niger et enfin à privilégier l’accès des populations à des élections libres, transparentes et inclusives, seul gage de la paix dans notre belle Afrique», a déclaré la responsable du PNUD au Niger.

Related Articles

- Advertisement -spot_img
spot_img

Atelier National Sur La Capitalisation Des Acquis Du Cycle Électoral 2017-2021 : Tirer Les Leçons Du Passé Et Pérenniser Les Acquis De La CENI Pour Améliorer Les Futures Échéances Électorales

Du 16 au 17 février 2022, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), en collaboration avec le PNUD, organise à Niamey, un atelier national sur la capitalisation des acquis du cycle électoral 2017-2021 et la consolidation des activités de pérennisation de la CENI. Présidée par le président de ladite Institution, Me Issaka Souna, cette rencontre de réflexions et d’échanges a vu la participation de la Représentante-Résidente du PNUD au Niger, Mme Diana Louise Ofwona, des représentants des organisations internationales et de la coopération bilatérale, de ceux des autres acteurs électoraux, des membres de la CENI, ceux des partis politiques toutes tendances confondues, ainsi que de nombreux invités. Durant deux jours, les participants se pencheront sur l’examen du rapport sur les violences pré, pendant et post-électorales.

Dans son intervention, Me Souna a d’abord indiqué que cette rencontre entre dans le cadre de la série d’ateliers nationaux qui a démarré depuis le 14 février 2021 et qui se poursuivra jusqu’à fin février 2022. «S’il est vrai que depuis l’année dernière le Niger a été et continue d’être félicité, pour avoir réussi à organiser tous les scrutins prévus dans les formes et délais constitutionnels, il est non seulement nécessaire, mais aussi utile sinon indispensable de procéder à une analyse approfondie des causes et conséquences des insuffisances, faiblesses et incidents qui ont été enregistrés avant, pendant et après les scrutins, en vue de mettre en place des mesures correctives susceptibles de prévenir, d’améliorer et/ou de corriger les manquements et d’éviter dans la mesure du possible, la réédition de certains évènements», a indiqué le 1er responsable de la CENI. C’est à cet exercice, selon lui, que la CENI s’est livrée au niveau interne dans le cadre de la capitalisation des acquis du cycle électoral 2017-2021 et la consolidation des activités de pérennisation de l’Institution.

Me Souna a également réitéré la disponibilité de son Institution, à accueillir favorablement toute assistance destinée au renforcement des capacités de ses membres. Il a ajouté que la CENI a organisé et continuera à organiser des ateliers pour une triple raison à savoir : Consacrer d’une part, suffisamment de temps à l’examen des documents de synthèse des travaux ; prendre en compte d’autre part, le caractère transversal des thématiques dans l’analyse croisée des constats et résultats de l’état des lieux de certaines thématiques et enfin, permettre aux participants, d’établir et/ou de retrouver aisément la complémentarité entre les recommandations issues des études et analyses.

Me Issaka Souna a fait observer que l’examen rétrospectif des conditions de déroulement des scrutins de 2020/2021, révèle que malgré les nombreuses séances de formation, d’information, et de sensibilisation, quelques incidents violents ont été enregistrés à l’issue de la proclamation des résultats définitifs. En conséquence, des recommandations ont été formulées dans un seul objectif, à savoir, parvenir à identifier, prévenir et éviter les risques de violences électorales pour les futures élections du Niger. Il a ensuite indiqué que les participants auront aussi à travailler sur l’amélioration du code électoral. «Nous n’avons pas le droit de nous arrêter en si bon chemin. Bien au contraire, malgré les quelques difficultés du moment, qui sont d’ailleurs inhérentes à tout cycle électoral, nous devons examiner ensemble comment poursuivre la conjugaison de nos efforts, en vue de contribuer à l’organisation d’élections inclusives qui constituent un élément essentiel de la démocratie», a-t-il estimé.

Quant à la Représentante du PNUD au Niger, Mme Diana Louise Ofwona, elle a tout d’abord félicité la CENI ‘‘pour l’organisation de quatre ateliers nationaux qui concrétisent la vision d’une CENI permanente et professionnelle, dans le cadre de la capitalisation du cycle électoral 2017 – 2021’’. «C’est grâce à une démarche inclusive de collecte d’informations, d’analyse et de recommandations que nous continuons d’une part à capitaliser sur ces succès, d’autre part à travailler sur le long terme pour la démocratie au Niger et enfin à privilégier l’accès des populations à des élections libres, transparentes et inclusives, seul gage de la paix dans notre belle Afrique», a déclaré la responsable du PNUD au Niger.

Related Articles

- Advertisement -spot_img