33.3 C
Niger
mardi, octobre 4, 2022
spot_img

Mohamed Bazoum: «La fin de Barkhane va créer un vide qui profitera aux terroristes»

Le Figaro: Quelle est votre réaction à l’annonce de la fin de Barkhane et de Takuba?Mohamed

BAZOUM: Je déplore évidemment cela, car Barkhane et Takuba jouent un rôle très important dans la sécurisation du nord du Mali, si proche du Niger. Leur départ va créer un vide qui sera rempli par les organisations terroristes déjà très présentes dans cette région. Cela va être une menace qui hypothéquera toute la stabilité du Mali d’abord, puis celle du Niger et de la sous-région par effet de contagion.

La France et l’Europe tiennent néanmoins à conserver une présence au Sahel. Le Niger est-il prêt à accueillir plus de troupes internationales?

La discussion que nous avons eue mercredi soir a débouché à l’unanimité sur la nécessité d’une réarticulation du dispositif qui était en place au Mali. Cela conduira notamment à une forme de présence de ces forces au Niger et sur le territoire d’autres pays africains, un peu plus au sud, qui en feraient la demande. Au regard des développements récents au Bénin, il est clair que ces pays ont des besoins. Il est prévisible qu’un certain nombre de ces forces soient disposées dans ces régions face à ces nouvelles menaces, ainsi qu’au Niger, qui est déjà dans la tourmente. Les choses vont se préciser à partir du mois de juin et les protocoles seront affinés.

Où ce déploiement se fera-t-il?

Il y a aura de nouvelles implantations au Niger. Notre objectif est que notre frontière avec le Mali soit sécurisée. Nous prévoyons qu’après le départ de Barkhane et de Takuba, cette zone soit encore plus infestée et que les groupes terroristes se renforcent. Or, nous savons qu’ils ont vocation à étendre leur emprise. Les nouvelles bases ne seront donc pas loin de Ménaka et de Gao. Elles accueilleront surtout Takuba, car cela a de grands avantages pour nous. Ce sont des forces spéciales avec des capacités répondant à la menace posée par les organisations terroristes. Takuba est aussi une force intégrée à l’armée malienne et bientôt à l’armée du Niger. Nous aurons un accord avec les gouvernements européens qui pourraient intervenir. Le concept de Barkhane est un peu différent.

Redoutez-vous un effondrement du Mali?

Cela m’inquiète beaucoup. Je suis incapable d’imaginer ce que pourrait être le Mali dans quelques mois. C’est pourquoi il est urgent que les autorités actuelles du Mali renouent avec leurs partenaires et recréent un cadre normal pour que la Cédéao (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest: NDLR) puisse lever ses sanctions et que les forces internationales puissent, peut-être, se redéployer. Cela permettrait aussi de sauver l’acquis de la Minusma (la mission des Nations unies au Mali: NDLR) qui pourrait autrement être remis en cause par la dégradation de la situation. Dans le Gourma, par exemple, Takuba et Barkhane font un travail remarquable. Mais sans eux, la menace pèsera directement sur Gao et aussi sur Ménaka.

Selon Paris, la rupture avec la junte est surtout liée à l’intervention de mercenaires russes. Qu’en pensez-vous?

C’est la raison invoquée par la France et je n’ai pas de jugement de valeur à porter sur les analyses portées par la France. Je comprends aussi qu’elle puisse considérer que les conditions n’existent plus pour rester au Mali. Je pense également qu’il est préférable d’avoir recours à des structures étatiques plutôt qu’à des personnels d’entreprises privées, dont l’éthique n’est pas très affirmée et dont l’action pourrait poser d’autres problèmes.

Quel regard portez-vous sur les militaires au pouvoir à Bamako?

Ces militaires sont arrivés au pouvoir en promettant une sécurisation du Mali. Je constate au contraire que, depuis qu’ils sont là, la situation s’est considérablement dégradée. Depuis le coup d’État, tous les postes militaires à la frontière du Niger ont été désertés sous la pression terroriste. Il n’y a plus d’armée malienne à la frontière du Niger, une zone littéralement occupée par les terroristes. Donc cette promesse ne s’est pas vérifiée. Les militaires ont aussi prévu d’organiser des élections en dix-huit mois. Puis, après seize mois au pouvoir, ils ont annoncé que ces élections n’étaient plus une priorité avant de présenter, à la demande de la Cédéao, une feuille de route où ils prévoient de rester au pouvoir pendant cinq ans. Tout cela indique, en vérité, que ce ne sont que des alibis pour exercer le pouvoir et en jouir, quitte à ce que la situation du Mali se dégrade dans tous les domaines. En réalité, nous avons affaire à un coup d’État classique des années 1970, une usurpation du pouvoir.

La junte a été durement sanctionnée par la Cédéao. Faut-il encore durcir les sanctions?

Je pense que les militaires doivent respecter leurs engagements. Le Mali est un pays souverain et c’est le pays qui a été le plus actif au sein de la Cédéao pour faire adopter le protocole additionnel relatif à la bonne gouvernance. Les présidents maliens en ont été les fers de lance. Quand, en 1996, il y a eu un coup d’État au Niger, puis un autre en 1999, le Mali a été le pays qui était le plus engagé pour que les textes soient appliqués avec beaucoup de rigueur. Il est donc totalement normal que ces mêmes textes lui soient appliqués aujourd’hui.

Ne redoutez-vous pas que l’accroissement de militaires étrangers au Niger excite le sentiment antifrançais, déjà très présent?

J’aime à rappeler une chose. En août 2020, après le coup d’État au Mali, la Cédéao a pris des mesures. Nous n’avons vu personne dénigrer la Cédéao et les militaires maliens s’étaient soumis à sa volonté. Les mêmes militaires décident dix-sept mois après qu’ils ne quitteront pas le pouvoir. La Cédéao prend les mêmes mesures et il y a sur les réseaux sociaux une campagne virulente contre elle, accusée d’être à la solde de la France. Cette campagne est savamment préparée. Allez à Gao et demandez si Takuba et Barkhane sont des forces qui comptent pour eux! C’est cela qui compte pour des États comme nous. Notre devoir est d’apporter la sécurité à nos populations.

Ce n’est pas purement virtuel. À Tera, un convoi de Barkhane a été bloqué par une foule…

La foule était constituée d’enfants, de collégiens. C’était le 32e convoi de Barkhane et personne ne s’en rendait compte jusque-là. Subitement, lorsque la campagne que j’évoquais a atteint sa vitesse de croisière, il y a eu des Nigériens qui ont mobilisé des jeunes inconscients. Mais ce n’est pas représentatif d’une opinion, cela reste marginal.

Cette campagne ne repose que sur des poncifs et un dénigrement pour lesquels ceux qui en sont à l’initiative ont réussi à créer les conditions favorables à une certaine réceptivité.

Related Articles

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest Articles

spot_img

Mohamed Bazoum: «La fin de Barkhane va créer un vide qui profitera aux terroristes»

Le Figaro: Quelle est votre réaction à l’annonce de la fin de Barkhane et de Takuba?Mohamed

BAZOUM: Je déplore évidemment cela, car Barkhane et Takuba jouent un rôle très important dans la sécurisation du nord du Mali, si proche du Niger. Leur départ va créer un vide qui sera rempli par les organisations terroristes déjà très présentes dans cette région. Cela va être une menace qui hypothéquera toute la stabilité du Mali d’abord, puis celle du Niger et de la sous-région par effet de contagion.

La France et l’Europe tiennent néanmoins à conserver une présence au Sahel. Le Niger est-il prêt à accueillir plus de troupes internationales?

La discussion que nous avons eue mercredi soir a débouché à l’unanimité sur la nécessité d’une réarticulation du dispositif qui était en place au Mali. Cela conduira notamment à une forme de présence de ces forces au Niger et sur le territoire d’autres pays africains, un peu plus au sud, qui en feraient la demande. Au regard des développements récents au Bénin, il est clair que ces pays ont des besoins. Il est prévisible qu’un certain nombre de ces forces soient disposées dans ces régions face à ces nouvelles menaces, ainsi qu’au Niger, qui est déjà dans la tourmente. Les choses vont se préciser à partir du mois de juin et les protocoles seront affinés.

Où ce déploiement se fera-t-il?

Il y a aura de nouvelles implantations au Niger. Notre objectif est que notre frontière avec le Mali soit sécurisée. Nous prévoyons qu’après le départ de Barkhane et de Takuba, cette zone soit encore plus infestée et que les groupes terroristes se renforcent. Or, nous savons qu’ils ont vocation à étendre leur emprise. Les nouvelles bases ne seront donc pas loin de Ménaka et de Gao. Elles accueilleront surtout Takuba, car cela a de grands avantages pour nous. Ce sont des forces spéciales avec des capacités répondant à la menace posée par les organisations terroristes. Takuba est aussi une force intégrée à l’armée malienne et bientôt à l’armée du Niger. Nous aurons un accord avec les gouvernements européens qui pourraient intervenir. Le concept de Barkhane est un peu différent.

Redoutez-vous un effondrement du Mali?

Cela m’inquiète beaucoup. Je suis incapable d’imaginer ce que pourrait être le Mali dans quelques mois. C’est pourquoi il est urgent que les autorités actuelles du Mali renouent avec leurs partenaires et recréent un cadre normal pour que la Cédéao (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest: NDLR) puisse lever ses sanctions et que les forces internationales puissent, peut-être, se redéployer. Cela permettrait aussi de sauver l’acquis de la Minusma (la mission des Nations unies au Mali: NDLR) qui pourrait autrement être remis en cause par la dégradation de la situation. Dans le Gourma, par exemple, Takuba et Barkhane font un travail remarquable. Mais sans eux, la menace pèsera directement sur Gao et aussi sur Ménaka.

Selon Paris, la rupture avec la junte est surtout liée à l’intervention de mercenaires russes. Qu’en pensez-vous?

C’est la raison invoquée par la France et je n’ai pas de jugement de valeur à porter sur les analyses portées par la France. Je comprends aussi qu’elle puisse considérer que les conditions n’existent plus pour rester au Mali. Je pense également qu’il est préférable d’avoir recours à des structures étatiques plutôt qu’à des personnels d’entreprises privées, dont l’éthique n’est pas très affirmée et dont l’action pourrait poser d’autres problèmes.

Quel regard portez-vous sur les militaires au pouvoir à Bamako?

Ces militaires sont arrivés au pouvoir en promettant une sécurisation du Mali. Je constate au contraire que, depuis qu’ils sont là, la situation s’est considérablement dégradée. Depuis le coup d’État, tous les postes militaires à la frontière du Niger ont été désertés sous la pression terroriste. Il n’y a plus d’armée malienne à la frontière du Niger, une zone littéralement occupée par les terroristes. Donc cette promesse ne s’est pas vérifiée. Les militaires ont aussi prévu d’organiser des élections en dix-huit mois. Puis, après seize mois au pouvoir, ils ont annoncé que ces élections n’étaient plus une priorité avant de présenter, à la demande de la Cédéao, une feuille de route où ils prévoient de rester au pouvoir pendant cinq ans. Tout cela indique, en vérité, que ce ne sont que des alibis pour exercer le pouvoir et en jouir, quitte à ce que la situation du Mali se dégrade dans tous les domaines. En réalité, nous avons affaire à un coup d’État classique des années 1970, une usurpation du pouvoir.

La junte a été durement sanctionnée par la Cédéao. Faut-il encore durcir les sanctions?

Je pense que les militaires doivent respecter leurs engagements. Le Mali est un pays souverain et c’est le pays qui a été le plus actif au sein de la Cédéao pour faire adopter le protocole additionnel relatif à la bonne gouvernance. Les présidents maliens en ont été les fers de lance. Quand, en 1996, il y a eu un coup d’État au Niger, puis un autre en 1999, le Mali a été le pays qui était le plus engagé pour que les textes soient appliqués avec beaucoup de rigueur. Il est donc totalement normal que ces mêmes textes lui soient appliqués aujourd’hui.

Ne redoutez-vous pas que l’accroissement de militaires étrangers au Niger excite le sentiment antifrançais, déjà très présent?

J’aime à rappeler une chose. En août 2020, après le coup d’État au Mali, la Cédéao a pris des mesures. Nous n’avons vu personne dénigrer la Cédéao et les militaires maliens s’étaient soumis à sa volonté. Les mêmes militaires décident dix-sept mois après qu’ils ne quitteront pas le pouvoir. La Cédéao prend les mêmes mesures et il y a sur les réseaux sociaux une campagne virulente contre elle, accusée d’être à la solde de la France. Cette campagne est savamment préparée. Allez à Gao et demandez si Takuba et Barkhane sont des forces qui comptent pour eux! C’est cela qui compte pour des États comme nous. Notre devoir est d’apporter la sécurité à nos populations.

Ce n’est pas purement virtuel. À Tera, un convoi de Barkhane a été bloqué par une foule…

La foule était constituée d’enfants, de collégiens. C’était le 32e convoi de Barkhane et personne ne s’en rendait compte jusque-là. Subitement, lorsque la campagne que j’évoquais a atteint sa vitesse de croisière, il y a eu des Nigériens qui ont mobilisé des jeunes inconscients. Mais ce n’est pas représentatif d’une opinion, cela reste marginal.

Cette campagne ne repose que sur des poncifs et un dénigrement pour lesquels ceux qui en sont à l’initiative ont réussi à créer les conditions favorables à une certaine réceptivité.

Related Articles

- Advertisement -spot_img
spot_img

Mohamed Bazoum: «La fin de Barkhane va créer un vide qui profitera aux terroristes»

Le Figaro: Quelle est votre réaction à l’annonce de la fin de Barkhane et de Takuba?Mohamed

BAZOUM: Je déplore évidemment cela, car Barkhane et Takuba jouent un rôle très important dans la sécurisation du nord du Mali, si proche du Niger. Leur départ va créer un vide qui sera rempli par les organisations terroristes déjà très présentes dans cette région. Cela va être une menace qui hypothéquera toute la stabilité du Mali d’abord, puis celle du Niger et de la sous-région par effet de contagion.

La France et l’Europe tiennent néanmoins à conserver une présence au Sahel. Le Niger est-il prêt à accueillir plus de troupes internationales?

La discussion que nous avons eue mercredi soir a débouché à l’unanimité sur la nécessité d’une réarticulation du dispositif qui était en place au Mali. Cela conduira notamment à une forme de présence de ces forces au Niger et sur le territoire d’autres pays africains, un peu plus au sud, qui en feraient la demande. Au regard des développements récents au Bénin, il est clair que ces pays ont des besoins. Il est prévisible qu’un certain nombre de ces forces soient disposées dans ces régions face à ces nouvelles menaces, ainsi qu’au Niger, qui est déjà dans la tourmente. Les choses vont se préciser à partir du mois de juin et les protocoles seront affinés.

Où ce déploiement se fera-t-il?

Il y a aura de nouvelles implantations au Niger. Notre objectif est que notre frontière avec le Mali soit sécurisée. Nous prévoyons qu’après le départ de Barkhane et de Takuba, cette zone soit encore plus infestée et que les groupes terroristes se renforcent. Or, nous savons qu’ils ont vocation à étendre leur emprise. Les nouvelles bases ne seront donc pas loin de Ménaka et de Gao. Elles accueilleront surtout Takuba, car cela a de grands avantages pour nous. Ce sont des forces spéciales avec des capacités répondant à la menace posée par les organisations terroristes. Takuba est aussi une force intégrée à l’armée malienne et bientôt à l’armée du Niger. Nous aurons un accord avec les gouvernements européens qui pourraient intervenir. Le concept de Barkhane est un peu différent.

Redoutez-vous un effondrement du Mali?

Cela m’inquiète beaucoup. Je suis incapable d’imaginer ce que pourrait être le Mali dans quelques mois. C’est pourquoi il est urgent que les autorités actuelles du Mali renouent avec leurs partenaires et recréent un cadre normal pour que la Cédéao (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest: NDLR) puisse lever ses sanctions et que les forces internationales puissent, peut-être, se redéployer. Cela permettrait aussi de sauver l’acquis de la Minusma (la mission des Nations unies au Mali: NDLR) qui pourrait autrement être remis en cause par la dégradation de la situation. Dans le Gourma, par exemple, Takuba et Barkhane font un travail remarquable. Mais sans eux, la menace pèsera directement sur Gao et aussi sur Ménaka.

Selon Paris, la rupture avec la junte est surtout liée à l’intervention de mercenaires russes. Qu’en pensez-vous?

C’est la raison invoquée par la France et je n’ai pas de jugement de valeur à porter sur les analyses portées par la France. Je comprends aussi qu’elle puisse considérer que les conditions n’existent plus pour rester au Mali. Je pense également qu’il est préférable d’avoir recours à des structures étatiques plutôt qu’à des personnels d’entreprises privées, dont l’éthique n’est pas très affirmée et dont l’action pourrait poser d’autres problèmes.

Quel regard portez-vous sur les militaires au pouvoir à Bamako?

Ces militaires sont arrivés au pouvoir en promettant une sécurisation du Mali. Je constate au contraire que, depuis qu’ils sont là, la situation s’est considérablement dégradée. Depuis le coup d’État, tous les postes militaires à la frontière du Niger ont été désertés sous la pression terroriste. Il n’y a plus d’armée malienne à la frontière du Niger, une zone littéralement occupée par les terroristes. Donc cette promesse ne s’est pas vérifiée. Les militaires ont aussi prévu d’organiser des élections en dix-huit mois. Puis, après seize mois au pouvoir, ils ont annoncé que ces élections n’étaient plus une priorité avant de présenter, à la demande de la Cédéao, une feuille de route où ils prévoient de rester au pouvoir pendant cinq ans. Tout cela indique, en vérité, que ce ne sont que des alibis pour exercer le pouvoir et en jouir, quitte à ce que la situation du Mali se dégrade dans tous les domaines. En réalité, nous avons affaire à un coup d’État classique des années 1970, une usurpation du pouvoir.

La junte a été durement sanctionnée par la Cédéao. Faut-il encore durcir les sanctions?

Je pense que les militaires doivent respecter leurs engagements. Le Mali est un pays souverain et c’est le pays qui a été le plus actif au sein de la Cédéao pour faire adopter le protocole additionnel relatif à la bonne gouvernance. Les présidents maliens en ont été les fers de lance. Quand, en 1996, il y a eu un coup d’État au Niger, puis un autre en 1999, le Mali a été le pays qui était le plus engagé pour que les textes soient appliqués avec beaucoup de rigueur. Il est donc totalement normal que ces mêmes textes lui soient appliqués aujourd’hui.

Ne redoutez-vous pas que l’accroissement de militaires étrangers au Niger excite le sentiment antifrançais, déjà très présent?

J’aime à rappeler une chose. En août 2020, après le coup d’État au Mali, la Cédéao a pris des mesures. Nous n’avons vu personne dénigrer la Cédéao et les militaires maliens s’étaient soumis à sa volonté. Les mêmes militaires décident dix-sept mois après qu’ils ne quitteront pas le pouvoir. La Cédéao prend les mêmes mesures et il y a sur les réseaux sociaux une campagne virulente contre elle, accusée d’être à la solde de la France. Cette campagne est savamment préparée. Allez à Gao et demandez si Takuba et Barkhane sont des forces qui comptent pour eux! C’est cela qui compte pour des États comme nous. Notre devoir est d’apporter la sécurité à nos populations.

Ce n’est pas purement virtuel. À Tera, un convoi de Barkhane a été bloqué par une foule…

La foule était constituée d’enfants, de collégiens. C’était le 32e convoi de Barkhane et personne ne s’en rendait compte jusque-là. Subitement, lorsque la campagne que j’évoquais a atteint sa vitesse de croisière, il y a eu des Nigériens qui ont mobilisé des jeunes inconscients. Mais ce n’est pas représentatif d’une opinion, cela reste marginal.

Cette campagne ne repose que sur des poncifs et un dénigrement pour lesquels ceux qui en sont à l’initiative ont réussi à créer les conditions favorables à une certaine réceptivité.

Related Articles

- Advertisement -spot_img