30.4 C
Niger
dimanche, octobre 2, 2022
spot_img

CONFERENCE DES CADRES : LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PLUS QUE JAMAIS DETERMINE A GARANTIR LA PAIX ET LA SECURITE DE SES CONCITOYENS

Le Président de la République, Chef de l’État, SEM Mohamed Bazoum, a animé une conférence des cadres élargie aux forces vives de la Nation ce vendredi, 25 février 2022 au Centre Matma Gandhi de Niamey. Il a été question de la situation sécurité au Sahel en général et au Niger en particulier. Après avoir rappelé que l’insécurité date, en réalité, de 2011 dans le Sahel avec la chute du régime du Colonel Kadhafi ainsi que de sa mort et la dispersion de ses arsenaux militaires à travers le sahel.

Le Mali ayant été la 1ère victime de cette insécurité allait être, totalement, occupé par les terroristes si ce n’était l’intervention militaire de la France à travers l’opération Serval. Les deux tiers (2/3) du territoire malien échappent à l’autorité de l’Etat, le Niger et le Burkina Faso subissent les conséquences de cette situation.

Notre pays, en plus de sa superficie et des contre – coups résultant de l’insécurité qui sévit au Mali, doit faire face aussi à Boko Haram à l’Est du pays où la 1ère attaque massive terroriste a été enregistrée le 02 février 2015 à Bosso.

Si le Niger, en dépit de tous ces fronts auxquels il doit faire face, tient encore c’est du fait de la solidité de nos institutions déclarait le Président de la République.

Face aux différents cadres administratifs et représentants de l’ensemble des couches socioprofessionnelle, religeuse et sécuritaire du pays, le Président de la République a abordé, sans tabou ni langue de bois, la situation sécuritaire du pays et les actions entreprises et en perspectives afin de garantir l’intégrité du territoire national et la sécurité des populations.

La situation sécuritaire dans la région de Diffa est sous contrôle et un dispositif est entrain d’être mis en place afin de contenir le banditisme résiduel  qui y sévit. S’agissant des régions de Dosso, Maradi, et Tahoua, caractérisées par un banditisme de grands chemins utilisant des méthodes terroristes, les dispositions sont prises en vue de sécuriser les populations. Quant aux  régions de Niamey et Tillabéry, des forces de défense et de sécurité sont mobilisées pour faire face à tous les foyers d’insécurité.

« Nous contrôlons notre territoire » a dit le Président de la République tout en félicitant l’apport inestimable de nos partenaires notamment, la France, les USA, le Canada, l’Allemagne, la Belgique, l’Italie qui participent à la formation, l’équipement de nos forces ainsi qu’au partage des renseignements.

D’ailleurs notre partenariat avec ces pays s’agissant de la formation, de l’équipement,  de renseignement et même des opérations sur le terrain a été déterminant dans la lutte que nous menions  contre le terrorisme. Il est donc loisible que ce partenariat soit renforcé dans un cadre légal assorti de l’autorisation de la représentation nationale. C’est un accord technique par lequel nos cadres militaires vont préciser l’appui dont ils ont besoin  en vue d’accomplir efficacement leur mission de défendre l’intégrité du territoire national et de garantir la sécurité des populations.  

C’est un Président de la République plus que jamais décidé à sécuriser le territoire national et les populaires qui s’est adressé ce vendredi, 25 février 2022 aux forces vives de la Nation. Il a, même, dans son inébranlable détermination à restaurer, coûte que coûte,  la paix et la sécurité dans son pays, établi, directement ou indirectement à travers des émissaires,  un dialogue avec certains jihadistes afin de leur faire entendre raison.

Related Articles

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest Articles

spot_img

CONFERENCE DES CADRES : LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PLUS QUE JAMAIS DETERMINE A GARANTIR LA PAIX ET LA SECURITE DE SES CONCITOYENS

Le Président de la République, Chef de l’État, SEM Mohamed Bazoum, a animé une conférence des cadres élargie aux forces vives de la Nation ce vendredi, 25 février 2022 au Centre Matma Gandhi de Niamey. Il a été question de la situation sécurité au Sahel en général et au Niger en particulier. Après avoir rappelé que l’insécurité date, en réalité, de 2011 dans le Sahel avec la chute du régime du Colonel Kadhafi ainsi que de sa mort et la dispersion de ses arsenaux militaires à travers le sahel.

Le Mali ayant été la 1ère victime de cette insécurité allait être, totalement, occupé par les terroristes si ce n’était l’intervention militaire de la France à travers l’opération Serval. Les deux tiers (2/3) du territoire malien échappent à l’autorité de l’Etat, le Niger et le Burkina Faso subissent les conséquences de cette situation.

Notre pays, en plus de sa superficie et des contre – coups résultant de l’insécurité qui sévit au Mali, doit faire face aussi à Boko Haram à l’Est du pays où la 1ère attaque massive terroriste a été enregistrée le 02 février 2015 à Bosso.

Si le Niger, en dépit de tous ces fronts auxquels il doit faire face, tient encore c’est du fait de la solidité de nos institutions déclarait le Président de la République.

Face aux différents cadres administratifs et représentants de l’ensemble des couches socioprofessionnelle, religeuse et sécuritaire du pays, le Président de la République a abordé, sans tabou ni langue de bois, la situation sécuritaire du pays et les actions entreprises et en perspectives afin de garantir l’intégrité du territoire national et la sécurité des populations.

La situation sécuritaire dans la région de Diffa est sous contrôle et un dispositif est entrain d’être mis en place afin de contenir le banditisme résiduel  qui y sévit. S’agissant des régions de Dosso, Maradi, et Tahoua, caractérisées par un banditisme de grands chemins utilisant des méthodes terroristes, les dispositions sont prises en vue de sécuriser les populations. Quant aux  régions de Niamey et Tillabéry, des forces de défense et de sécurité sont mobilisées pour faire face à tous les foyers d’insécurité.

« Nous contrôlons notre territoire » a dit le Président de la République tout en félicitant l’apport inestimable de nos partenaires notamment, la France, les USA, le Canada, l’Allemagne, la Belgique, l’Italie qui participent à la formation, l’équipement de nos forces ainsi qu’au partage des renseignements.

D’ailleurs notre partenariat avec ces pays s’agissant de la formation, de l’équipement,  de renseignement et même des opérations sur le terrain a été déterminant dans la lutte que nous menions  contre le terrorisme. Il est donc loisible que ce partenariat soit renforcé dans un cadre légal assorti de l’autorisation de la représentation nationale. C’est un accord technique par lequel nos cadres militaires vont préciser l’appui dont ils ont besoin  en vue d’accomplir efficacement leur mission de défendre l’intégrité du territoire national et de garantir la sécurité des populations.  

C’est un Président de la République plus que jamais décidé à sécuriser le territoire national et les populaires qui s’est adressé ce vendredi, 25 février 2022 aux forces vives de la Nation. Il a, même, dans son inébranlable détermination à restaurer, coûte que coûte,  la paix et la sécurité dans son pays, établi, directement ou indirectement à travers des émissaires,  un dialogue avec certains jihadistes afin de leur faire entendre raison.

Related Articles

- Advertisement -spot_img
spot_img

CONFERENCE DES CADRES : LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PLUS QUE JAMAIS DETERMINE A GARANTIR LA PAIX ET LA SECURITE DE SES CONCITOYENS

Le Président de la République, Chef de l’État, SEM Mohamed Bazoum, a animé une conférence des cadres élargie aux forces vives de la Nation ce vendredi, 25 février 2022 au Centre Matma Gandhi de Niamey. Il a été question de la situation sécurité au Sahel en général et au Niger en particulier. Après avoir rappelé que l’insécurité date, en réalité, de 2011 dans le Sahel avec la chute du régime du Colonel Kadhafi ainsi que de sa mort et la dispersion de ses arsenaux militaires à travers le sahel.

Le Mali ayant été la 1ère victime de cette insécurité allait être, totalement, occupé par les terroristes si ce n’était l’intervention militaire de la France à travers l’opération Serval. Les deux tiers (2/3) du territoire malien échappent à l’autorité de l’Etat, le Niger et le Burkina Faso subissent les conséquences de cette situation.

Notre pays, en plus de sa superficie et des contre – coups résultant de l’insécurité qui sévit au Mali, doit faire face aussi à Boko Haram à l’Est du pays où la 1ère attaque massive terroriste a été enregistrée le 02 février 2015 à Bosso.

Si le Niger, en dépit de tous ces fronts auxquels il doit faire face, tient encore c’est du fait de la solidité de nos institutions déclarait le Président de la République.

Face aux différents cadres administratifs et représentants de l’ensemble des couches socioprofessionnelle, religeuse et sécuritaire du pays, le Président de la République a abordé, sans tabou ni langue de bois, la situation sécuritaire du pays et les actions entreprises et en perspectives afin de garantir l’intégrité du territoire national et la sécurité des populations.

La situation sécuritaire dans la région de Diffa est sous contrôle et un dispositif est entrain d’être mis en place afin de contenir le banditisme résiduel  qui y sévit. S’agissant des régions de Dosso, Maradi, et Tahoua, caractérisées par un banditisme de grands chemins utilisant des méthodes terroristes, les dispositions sont prises en vue de sécuriser les populations. Quant aux  régions de Niamey et Tillabéry, des forces de défense et de sécurité sont mobilisées pour faire face à tous les foyers d’insécurité.

« Nous contrôlons notre territoire » a dit le Président de la République tout en félicitant l’apport inestimable de nos partenaires notamment, la France, les USA, le Canada, l’Allemagne, la Belgique, l’Italie qui participent à la formation, l’équipement de nos forces ainsi qu’au partage des renseignements.

D’ailleurs notre partenariat avec ces pays s’agissant de la formation, de l’équipement,  de renseignement et même des opérations sur le terrain a été déterminant dans la lutte que nous menions  contre le terrorisme. Il est donc loisible que ce partenariat soit renforcé dans un cadre légal assorti de l’autorisation de la représentation nationale. C’est un accord technique par lequel nos cadres militaires vont préciser l’appui dont ils ont besoin  en vue d’accomplir efficacement leur mission de défendre l’intégrité du territoire national et de garantir la sécurité des populations.  

C’est un Président de la République plus que jamais décidé à sécuriser le territoire national et les populaires qui s’est adressé ce vendredi, 25 février 2022 aux forces vives de la Nation. Il a, même, dans son inébranlable détermination à restaurer, coûte que coûte,  la paix et la sécurité dans son pays, établi, directement ou indirectement à travers des émissaires,  un dialogue avec certains jihadistes afin de leur faire entendre raison.

Related Articles

- Advertisement -spot_img