31.3 C
Niger
lundi, mai 16, 2022
spot_img
spot_img

Gouvernance, il  faut DES HOMMES ‘’FORTS’’ 

1.     temps des questionnements et  réveil des Peuples africains 

Nous avons choisi de traiter fort opportunément du sujet des Hommes qu’il  faut pour la gestion des Affaires Publiques,  au regard  des difficultés de gouvernance observées dans nos Etats . Et ce malgré la prévalence  d’une culture qui se veut    démocratique et  irréprochable.

En vérité  la culture politique qui prévaut est infectée par des contre valeurs sociales qui  sont des  obstacles très pesants,  pour tout effort volontariste de constuction nationale. Il y a une vacance des valeurs fondamentales minimales comme la Morale, le sens de l’intérêt général, le respect des Biens Publics,  et des deniers publics, l’engament patriotique qui conduit à  placer le Niger au-dessus de toutes autres considérations, notamment celle des obédiences politiques.

Plus que par le passé ,  nous sommes entrés dans un Monde où le  questionnement permanent  sur tout ,  notamment sur  beaucoup d’idées et de certitudes acquises ,  s’impose .  Ces idées nous ont été inculquées soit par l’éducation, soit par les pratiques sociales vivantes.

La Mondialisation et ses effets accélérateurs , impactant sur les styles de vie , les Organisations sociales , doit nous conduire à nous poser chaque fois que de  besoin ,  la question de la justesse , du Bénéfice social ,  ou de l’utilité de certaines  idées ou pratiques socio-politiques ?  Des Idées et des pratiques sociales  que nous prenons comme bien établies  et normales.

Ainsi des choses qui nous semblent  évidentes voire normales,  deviennent problématiques dès que nous leur adressons les bons questionnements.

Ainsi en est-il par exemple, de l’Ecole néocoloniale conçue pour  produire les  ‘’Commis ‘’ pour la République, les Administrateurs et autres Fonctionnaires. Est-ce que cette Ecole est adaptée aux besoins    en  Ressources Humaines , en capital humain  de nos pays après plus de 60 ans d’indépendance ?

C’est pourquoi nous  aimerions dans ce propos,  questionner une Thèse de Gouvernance qui est servie  à tous vents. Elle est considérée  comme la norme d’or  en matière de gouvernance démocratique des Etats africains.

2.     Limites de la Thèse Institutions fortes

Cette Thèse  a été formulée solennellement   dans un Discours devenu historique par  Barack Obama, au Siège de l’Union Africaine. Elle  postule que  les Etats africains pour leur construction n’ont pas besoin ‘’ d’Hommes Forts, mais d’Institutions Fortes’’.
Déjà l’Histoire des Grands Empires africains crées et gérés par de Grands Hommes, ainsi que celle de la Résistance à la colonisation indiquent que la Thèse n’est pas absolue dans sa vérité.

Aussi lorsque vous opposez à cette Thèse les Résultats incontestables de construction nationale enregistrés par le Rwanda, vous constaterez déjà  une autre   faiblesse. Nous  citerons  les cas des pays à régence monarchique comme ceux du Golfe qui ont su créer  des Oasis de prospérité et de richesse.

Il convient de souligner que  l’idée sous-jacente de la Thèse  est que la voie la plus indiquée pour les  Etas africains, dans leur processus  de construction nationale, ne peut être  que celle de la Démocratie notamment à l’occidentale.

C’est ce Régime  Républicain que l’Occident a mis des Siècles ,  à asseoir , au prix de guerres , de sang parfois de transitions politiques  , qui  est imposé  aux pays africains   admis à l’autodétermination en tant que Nations libres.

En l’occurrence, le Mode de fonctionnement de cette Gouvernance s’est vue reformatée en ce qui concerne les pays francophones, pour exiger la mise en place de cadres  institutionnels,  pour une  gouvernance dite démocratique.

Des Constitutions largement inspirées de la Constitution française ont été adoptées ci et là, pour définir les modes  d’accession et de gestion du Pouvoir.

Malheureusement  force est de constater que dans la plupart des pays en cause,  nous sommes encore dans des transitions démocratiques.  Les Règles des  Jeux politiques  sont régulièrement remises en cause, ou contournées.  Il y a des situations où  l’on assiste à  des remises en cause des Régimes   par des putschs militaires, ou des crises sociales qui les  déstabilisent.

  Pourtant les  Observateurs de la scène  politique   disent dans la plupart des cas que  les Institutions sont solides . Dès lors qu’elles ont été installées on considère que tout est bien dans le meilleur des Mondes démocratiques . En fait on construit des décors institutionnels bien meubler sur le plan institutionnel ,  sans impact concret sur les dynamiques sociales et sur les Politiques  publiques .

3.     besoin d’Hommes Forts également

Il y a donc incontestablement un problème, celui  des Hommes en charge de la Gestion des Institutions Républicaines.

Des Députés sont élus pour siéger à l’Assemblée Nationale, et  qui pour une grande majorité,  n’ont  pas une claire conscience de leur Mission , et de leurs devoirs . Dans le même esprit des Hommes politiques sont  appelés au Gouvernement parce que proposés surtout par des obédiences politiques,  afin de  drainer des ressources pour  renflouer les Partis. C’est plus l’esprit d’affairisme et de sectarisme qui domine.

On assiste à la vacance du sens de l’intérêt général, du sens de l’Etat, et de l’engagement  patriotique.

Le Magistrat  suprême élu est généralement pris  en otage, parce que coincé entre les exigences de retour d’ascenseurs aux   obédiences politiques ayant  contribué à apporter des Voix captives, à son élection.

Les Partis politiques sont comme des fonds de commerce politique très achalandés pendant les  périodes électorales pour obtenir des Elus. Puis aucun accompagnement des gouvernants en termes d’intellige économique ou d’intelligence  politique. On se place dans une position de Rentiers politiques amorphes, attendant les Dividendes pour le soutien supposé  apporter au Président de la République.

Cette mentalité produisant un comportement  non productif ,  freinera notablement l’Action du Magistrat Suprême.

C’est pourquoi même un Président  de la République  progressiste, avec une  bonne foi sous entendue par une volonté de construire le pays, sera sous la pression des Forces centrifuges  toujours à l’œuvre pour émousser  son enthousiasme.

Nous  ne sommes donc pas  dans des systèmes de gouvernance où ce sont les Institutions qui sont en  cause pour expliquer les lourdeurs dans la  construction nationale. Ce sont plutôt  les HOMMES qui sont les véritables causes des blocages voire des échecs.
Le Problème de la stagnation ou  du peu d’élan dans la dynamique de construction nationale, est   fondamentalement lié à   la qualité des Hommes chargés de gérer les Affaires Publiques . 

On comprend mieux la vérité de la Thèse de  certains grands Hommes politiques africains qui soutenaient que l’Homme est au début et à la fin du Développement : N’Krumah, Houphouet Boigny , Modibo Keita, Kerekou ,  Seini Kountche, Sankara etc .
Donc les termes de la Thèse nous avons besoin   « d’Institutions fortes »,  et « non des Hommes forts »,  doivent  être relativisés. Des Institutions à réinventer et solides certes, mais et  surtout   , il y a un besoin d’HOMMES DE GRANDES QUALITES, des HOMMES FORTS.

Aussi longtemps que nous ne  nous  concentrerions pas sur le choix des Hommes en charge des Affaire Publiques à tous les niveaux , nous tournerons en rond dans  notre quête de progrès social . De ce point de vue également Nous ne saurions lutter correctement contre la corruption, le népotisme, et autres contre-valeurs sociales , tant que nous nous ne privilégions pas la qualité des Hommes , comme critère fondamental de choix des Gestionnaires des Affaires Publiques.

Le mode actuel de désignation des Hommes en charge des affaires publiques bâti sur des critères de clientélisme politique, voire  de marchandage politique, ne produit pas les bonnes pierres pour construire  un Edifice national de référence dans la région et dans le Monde.

Entre Renaissance, Refondation, reconstruction citoyenne etc, notre pays également ne saurait faire l’économie des bons questionnements  notamment sur des secteurs stratégiques.

 C’est une question de survie et de capacité de compétitivité au regard du reste du Monde. Ces questionnements pourraient concerner  la participation citoyenne dans la validation des grands  choix stratégiques, les limites des pratiques politiciennes de mobilisation citoyenne, l’éveil de la conscience historique, l’engagement patriotique etc.

A cette fin en ce  qui nous concerne,  nous envisageons d’apporter une contribution dans une démarche qui se veut prospective, à travers la création d’une FRATERNELLE NIGERIENS TOUT N T C, bâtie autour de valeurs sociales fondamentales  codifiées  dans un projet de charte Citoyenne.

Il est absolument vital de trouver des mécanismes de libération des Intelligences et des énergies,  dans tous les secteurs en vue de les exploiter en forces   de construction nationale et de progrès  social.

Il s’agit de créer les Task Forces d’intelligences et d’énergies dans tous les domaines de la vie sociale, qui seront à la fois des boucliers pour contrer les menaces extérieures, mais également des forces motrices internes, capables de  déclencher les bonnes dynamiques sociales de construction nationale.

Notre pays regorge  de Femmes et d’Hommes  de Grande Qualité , qu’il faut pouvoir détecter,  et capter par un « aimant » social reposant sur de kbonnes intentions  pour le pays , et  sur la prévalence de la mise en avant des Valeurs sociales fondantes , comme boussole  .

Related Articles

- Advertisement -spot_img

Latest Articles