31.3 C
Niger
lundi, mai 16, 2022
spot_img
spot_img

Phénomène des mendicités des Nigériens à l’international

Depuis un certain temps, circule en boucle sur les réseaux sociaux, un reportage de la télévision sénégalaise. Ce reportage poignant sur le phénomène de la mendicité à Dakar, montre une cohorte des Nigériens, hagards, et vivants à belle étoile.

Ces images tristes et déshonorantes des hommes, femmes, vieillards et enfants viennent encore une fois de plus d’interpeller la conscience de tout Nigérien sur le phénomène de la mendicité.

Ce fléau de notre temps est devenu au fil du temps, un fonds de commerce pour des syndicats criminels qui ne vivent que de ça.

En effet, ils sont légions ces bataillons de faux mendiants qui écument certaines villes ouest africaines et même au-delà, mettant à rudes épreuves l’honneur et la dignité du peuple nigérien.

On se souvient que devant l’ampleur prise par ce phénomène dégradant, le Président de la République, Chef de l’Etat, Mohamed Bazoum avait présidé, le vendredi 23 juillet 2021, un conseil des ministres extraordinaire qui a entendu une communication sur le phénomène de la mendicité au Niger.

Selon le communiqué issu de ce  Conseil, ‘’le phénomène de la mendicité est entretenu par des individus malveillants, qui développent des réseaux qui entrainent des ressortissants nigériens, essentiellement des femmes et des enfants, vers les pays voisins’’.

‘’Ce commerce illicite, qui est une forme de trafic illégal de migrants sous le couvert de la mendicité, prend des proportions inquiétantes’’ avait indiqué le communiqué du conseil.

Lors de cette réunion, ‘’les Ministres concernés avaient reçu des instructions fermes pour identifier les auteurs et les complices de cette activité malsaine et avilissante afin de leur infliger les sanctions les plus sévères prévues par la loi’’.

Selon une dépêche de l’Agence Nigérienne de Presse (ANP), ‘’Beaucoup de nigériens traversent les frontières du pays pour se rendre dans les pays voisins, notamment la Libye, la Côte d’ivoire, le Togo. C’est généralement les femmes qui prennent leurs enfants et parfois les enfants des membres de leurs familles, à la recherche du gain facile, traversant des zones dangereuses comme le désert ou la mer’’.

L’exemple le plus illustratif est celui des femmes du département de Matamèye dans la région de Zinder. Celles-ci prennent chaque année la voie des pays du Maghreb, notamment l’Algérie et la Libye où avec une cohorte des jeunes enfants, elles s’adonnent à la mendicité.

Ainsi, chaque année, ce sont des expulsions de plusieurs centaines de ces guenilles qui sont observées sur la frontière algéro-nigérienne.

Ces images choquantes et avilissantes nous interpellent tous. Comment un peuple jadis si fier est tombé si bas à cause des agissements de ces bandes criminelles ? Comment le Nigérien peut-il se mirer devant ce spectacle ahurissant de ses compatriotes dont l’unique activité est de tendre la main ?

Comment combattre ce fléau ? Que faut-il faire pour redorer le blason du Niger et redonner de la crédibilité à notre pays ?

Des lois ont été adoptées ça et là et des instructions fermes données à qui de droit et pourtant le phénomène ne fait que s’aggraver.

Rappelons que depuis le 1er mai 2019, les autorités municipales de la Ville de Niamey ont mis en vigueur une loi interdisant la mendicité dans la capitale. Cette loi, puis qu’étant toujours en vigueur, n’autorise la mendicité qu’à, seulement, trois catégories de mendiants qui sont les handicapés, les personnes âgées et endettées, et les sinistrés, victimes de catastrophes naturelles.

Même l’Islam pris comme prétexte par ces mendiants ne l’autorise qu’à un certain nombre de Conditions dont la collecte de fonds pour mettre fin à une querelle, pendant les catastrophes naturelles, et en cas de pauvreté extrême, dont peuvent témoigner trois personnes raisonnables parmi les proches du mendiant.

Aujourd’hui, il est plus qu’urgent de réagir. Et réagir vigoureusement. Il faut être sans état d’âme dans l’application des lois existantes.

Les faux mendiants et leurs complices doivent être châtiés avec une extrême sévérité.

Interdire le voyage à l’international à tout suspect ; condamner au besoin les transporteurs qui acceptent de les acheminer vers ces lieux.

Rapatrier tous ces faux mendiants au pays et mettre en application dans toute sa rigueur, la loi adoptée au niveau de la ville de Niamey.

Beaucoup des gens ont fait de la mendicité leur gain quotidien. Il faut y mettre fin.

Il n’y a plus de temps à perdre, il faut agir et vite.

Related Articles

- Advertisement -spot_img

Latest Articles