31.3 C
Niger
lundi, mai 16, 2022
spot_img
spot_img

Ouverture Officielle De La 1ère Session Ordinaire De L’Assemblée Nationale Au Titre De L’année 2022 : «Une Révision De La Constitution Et Du Code De Procédure Pénale Ainsi Que L’examen Du Code Minier Figurent Déjà À L’ordre Du Jour», A Déclaré SE. Seini Oumarou

Le président de l’Assemblée nationale, SE. Seini Oumarou a présidé hier matin, à l’hémicycle, Place de la Concertation à Niamey, la cérémonie officielle d’ouverture des travaux de la 1ère session ordinaire au titre de l’année 2022, dite session des lois de l’Assemblée nationale. Durant 90 jours, les parlementaires procéderont à l’examen et à l’adoption des lois générales qui contribueront à renforcer l’architecture du droit positif national pour renforcer le dispositif institutionnel tel que prévu par la loi.

Dans son allocution d’ouverture des travaux, le président de l’institution a annoncé qu’il figure dans l’ordre du jour de cette première session, une révision de la constitution et du code de procédure pénale ainsi que l’examen du code minier et deux propositions de loi ayant recueilli l’avis du gouvernement. La cérémonie s’est déroulée en présence du Premier ministre, Chef du Gouvernement, M. Ouhoumoudou Mahamadou, des présidents des institutions de la République, des représentants du corps diplomatique accrédité au Niger et de plusieurs invités. De même, l’Assemblée nationale procédera à la révision de son règlement intérieur afin de le débarrasser de certaines scories qui ont pu gêner le déroulement des précédentes sessions.

Le président du parlement a souligné l’importance des contacts directs avec les populations. M. Seini Oumarou a, de ce fait, encouragé les commissions permanentes à établir leurs programmes de visite sous des thématiques en rapport avec les compétences qui sont les siennes et surtout avec l’objectif d’écouter les citoyens de base pour recueillir leurs avis sur les grandes problématiques de l’heure comme la souveraineté alimentaire, la menace terroriste ou le grand banditisme. «En la matière, je souhaite que nous fassions mieux que la précédente année où des questions d’agenda n’ont pas permis à toutes les commissions de conduire à bien leurs différents programmes d’immersion au sein des couches populaires», a-t-il déclaré.

Le président de l’Assemblée nationale a aussi évoqué le contexte mondial actuel. «Nous ouvrons cette session pendant que, du lointain, nous parviennent des échos d’un violent orage qui a récemment éclaté dans une partie du monde avec laquelle l’Afrique a toujours entretenu des relations fort suivies», a-t-il déclaré. Il a estimé que nos pays doivent anticiper sur les conséquences économiques que cette crise ne manquera pas de générer.

SE. Seini Oumarou a salué les efforts que déploie le Président de la République pour améliorer les moyens de lutte contre les terroristes et surtout pour fédérer toutes les énergies afin qu’il n’y ait aucune voix discordante s’agissant de la sécurité nationale. «J’en appelle aux populations des zones concernées afin qu’elles collaborent davantage avec les forces de l’ordre pour démasquer les bandits armés et leurs complices. C’est la seule voie nous permettant de venir à bout de ce phénomène socialement plus pernicieux que le vrai terrorisme», a-t-il lancé.

Relativement au démarrage précoce de la période de soudure, le président de l’Assemblée nationale a salué les mesures de soutien prises par le gouvernement. La lutte contre la mendicité, la situation sanitaire, la question de l’éducation, la hausse des prix des denrées alimentaires, le dialogue avec les opérateurs économiques sur les questions fiscales sont d’autres thématiques évoquées par le président de l’Assemblée nationale. Pour ce qui est spécifiquement de la question de l’éducation, SE. Seini Oumarou a appelé à ‘’une trêve sociale de longue durée’’ par tous les acteurs de l’Ecole, «le temps de trouver des solutions pérennes à tous les problèmes qui entravent son développement, le temps de concevoir et de mettre en œuvre une véritable réforme du système éducatif avec notamment l’usage, à grande échelle, de nos langues nationales, à tous les niveaux d’enseignement».

Related Articles

- Advertisement -spot_img

Latest Articles