33.4 C
Niger
mercredi, juillet 6, 2022
spot_img
spot_img

Elections législatives françaises du 19 juin 2022 : les urnes ont livré leur secret

Le nombre total de sièges à pourvoir est de 577, et la majorité absolue est de 289 sièges.
Selon les résultats définitifs du second tour, Ensemble, amené par Emmanuel Macron obtient 245 sièges, la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale, la NUPES, amenée par Jean Luc Mélanchon, obtient 141 sièges, les Républicains, LR 61 sièges , Union de la Droite Indépendante, UDI, 3 sièges,  le Rassemblement National, le RN, de Marine Le PEN obtient  89 sièges et autres partis 48 sièges.

Donc , le président Emmanuel Macron n’a pas  obtenu  la majorité absolue qui est de 289 sièges pour pouvoir bien appliquer son programme et appliquer sa politique extérieure.

Quelles seront les conséquences sur la politique française en Afrique ?

Les premières conséquences,   est que le président français sera obligé de revoir sa politique française en Afrique,  chercher une majorité d’action pour pouvoir gouverner , notamment revoir sa position sur  le redéploiement des forces armées françaises en Afrique. Il y aura sans nul doute moins  d’ingérences dans les affaires intérieures africaines.

Jean Luc Mélanchon, les divers droites et divers gauches, le Rassemblement de Marine Le Pen, seront un véritable contre pouvoir à l’assemblée nationale, l’exécutif français sera d’abord remanié, en tenant compte du départ des  ministres qui ont perdu les élections législatives, puis tenir compte de la nouvelle donne ,  faute de quoi le gouvernement risquerait de faire l’objet d’une motion de censure et tombera entre les mains d’une coalition hétérogène, ce qui sera une  catastrophe pour l’exécutif français dirigé par le président Emmanuel Macron.

Rien ne se fera comme avant,  la politique française en Afrique tiendra nécessairement compte de l’avis de l’opposition, mathématiquement majoritaire , mais idéologiquement opposée ,  elle pourrait s’entendre sur le minimum commun et  faire barrage à certains aspects de la politique française en Afrique.

Il aura certainement moins d’ingérences dans les affaires intérieures africaines.
Mélanchon  et Marine Le PEN, sans doute veilleront, car ils ont été toujours opposés à la politique française actuelle en Afrique.

Espérons que notre chère monnaie ECO, originale de la CEDEAO et notre espoir la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine, la ZLECAF, seront épargnées et que « l’Afrique reste aux africains  » ne sera pas un vain slogan de la campagne !

L’ Afrique doit s’unir ou périr « 

Related Articles

- Advertisement -spot_img

Latest Articles