29.3 C
Niger
dimanche, août 14, 2022
spot_img
spot_img

Quand Blaise demande pardon à la famille Sankara: Acte de rédemption ou mascarade politicienne

Les hommes politiques, quand arrive l’heure de la déchéance, en fonction du contexte et des enjeux, certains sont prêts à tout stratagème pour redorer leurs blasons.

Invité par le président de la transition Burkinabè, l’ancien président du Faso, débarqué par la rue, Blaise Compaoré, demande humblement pardon à la famille de son défunt ami, Thomas Sankara et à tous ses compatriotes burkinabè auxquels il aurait causé un tort durant son magistère. C’est l’étrange nouvelle qui vient de tomber à la grande stupéfaction de tous les esprits lucides.

Alors peut-on se racheter en politique, chercher le salut en se prosternant devant le peuple et en demandant pardon ? Cela est-il suffisant pour accorder l’absolution des pêchés commis par un un règne qui a duré plus d’un quart de siècle avec tout ce que cela comporte ?
Ces questions méritent d’être posées !

En tout état de cause, Blaise est sorti au grand jour pour avouer que durant ses mandats, il aurait causé des dommages à ses concitoyens. Par conséquent, il leur demande pardon. Cela va s’en dire, les burkinabè comme les autres africains se demandent aujourd’hui quelle est la portée de ce geste ? Quelle signification lui donner ? Est-il sincère dans ses propos ?
Ou bien assiste-t-on encore à une mascarade politicienne dans l’optique de se faire peau neuve et pourquoi pas, annoncer un probable come-back sur la scène politique !

Il faut rappeler que la mascarade « désigne aussi le déguisement lui-même, synonyme par extension d’accoutrement extravagant. Au figuré, il désigne un comportement hypocrite, une situation dérisoire, une mise en scène fallacieuse, un simulacre ou une parodie dans le domaine social, politique ou juridique ». Est-ce que c’est cela l’objet de cette sortie médiatique du sieur Compaoré ??

Par contre, il existe un point positif dans cette adresse : c’est l’appel lancé à tous les burkinabè pour une union sacrée  en vue de lutter contre le terrorisme qui a fait énormément de victimes civiles et militaires en créant au passage le déplacement massif des personnes dans leur propre pays.

Related Articles

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

spot_img

Quand Blaise demande pardon à la famille Sankara: Acte de rédemption ou mascarade politicienne

Les hommes politiques, quand arrive l’heure de la déchéance, en fonction du contexte et des enjeux, certains sont prêts à tout stratagème pour redorer leurs blasons.

Invité par le président de la transition Burkinabè, l’ancien président du Faso, débarqué par la rue, Blaise Compaoré, demande humblement pardon à la famille de son défunt ami, Thomas Sankara et à tous ses compatriotes burkinabè auxquels il aurait causé un tort durant son magistère. C’est l’étrange nouvelle qui vient de tomber à la grande stupéfaction de tous les esprits lucides.

Alors peut-on se racheter en politique, chercher le salut en se prosternant devant le peuple et en demandant pardon ? Cela est-il suffisant pour accorder l’absolution des pêchés commis par un un règne qui a duré plus d’un quart de siècle avec tout ce que cela comporte ?
Ces questions méritent d’être posées !

En tout état de cause, Blaise est sorti au grand jour pour avouer que durant ses mandats, il aurait causé des dommages à ses concitoyens. Par conséquent, il leur demande pardon. Cela va s’en dire, les burkinabè comme les autres africains se demandent aujourd’hui quelle est la portée de ce geste ? Quelle signification lui donner ? Est-il sincère dans ses propos ?
Ou bien assiste-t-on encore à une mascarade politicienne dans l’optique de se faire peau neuve et pourquoi pas, annoncer un probable come-back sur la scène politique !

Il faut rappeler que la mascarade « désigne aussi le déguisement lui-même, synonyme par extension d’accoutrement extravagant. Au figuré, il désigne un comportement hypocrite, une situation dérisoire, une mise en scène fallacieuse, un simulacre ou une parodie dans le domaine social, politique ou juridique ». Est-ce que c’est cela l’objet de cette sortie médiatique du sieur Compaoré ??

Par contre, il existe un point positif dans cette adresse : c’est l’appel lancé à tous les burkinabè pour une union sacrée  en vue de lutter contre le terrorisme qui a fait énormément de victimes civiles et militaires en créant au passage le déplacement massif des personnes dans leur propre pays.

Related Articles

- Advertisement -spot_img
spot_img

Quand Blaise demande pardon à la famille Sankara: Acte de rédemption ou mascarade politicienne

Les hommes politiques, quand arrive l’heure de la déchéance, en fonction du contexte et des enjeux, certains sont prêts à tout stratagème pour redorer leurs blasons.

Invité par le président de la transition Burkinabè, l’ancien président du Faso, débarqué par la rue, Blaise Compaoré, demande humblement pardon à la famille de son défunt ami, Thomas Sankara et à tous ses compatriotes burkinabè auxquels il aurait causé un tort durant son magistère. C’est l’étrange nouvelle qui vient de tomber à la grande stupéfaction de tous les esprits lucides.

Alors peut-on se racheter en politique, chercher le salut en se prosternant devant le peuple et en demandant pardon ? Cela est-il suffisant pour accorder l’absolution des pêchés commis par un un règne qui a duré plus d’un quart de siècle avec tout ce que cela comporte ?
Ces questions méritent d’être posées !

En tout état de cause, Blaise est sorti au grand jour pour avouer que durant ses mandats, il aurait causé des dommages à ses concitoyens. Par conséquent, il leur demande pardon. Cela va s’en dire, les burkinabè comme les autres africains se demandent aujourd’hui quelle est la portée de ce geste ? Quelle signification lui donner ? Est-il sincère dans ses propos ?
Ou bien assiste-t-on encore à une mascarade politicienne dans l’optique de se faire peau neuve et pourquoi pas, annoncer un probable come-back sur la scène politique !

Il faut rappeler que la mascarade « désigne aussi le déguisement lui-même, synonyme par extension d’accoutrement extravagant. Au figuré, il désigne un comportement hypocrite, une situation dérisoire, une mise en scène fallacieuse, un simulacre ou une parodie dans le domaine social, politique ou juridique ». Est-ce que c’est cela l’objet de cette sortie médiatique du sieur Compaoré ??

Par contre, il existe un point positif dans cette adresse : c’est l’appel lancé à tous les burkinabè pour une union sacrée  en vue de lutter contre le terrorisme qui a fait énormément de victimes civiles et militaires en créant au passage le déplacement massif des personnes dans leur propre pays.

Related Articles

- Advertisement -spot_img