- Advertisement -Newspaper WordPress Theme
Défense et sécuritéTamou: le rêve évanoui des tisserands des rumeurs

Tamou: le rêve évanoui des tisserands des rumeurs

De toute évidence, les évènements de Tamou étaient le siège de tout un espoir pour les grands tisserands des rumeurs. Ils en ont fabriqué et monté en jouant sur le temps et avec la pleine connaissance de leur funeste dessein. L’hécatombe est donc passée du stade de l’appel du cœur à la simulation, voire même la volonté de manipulation des consciences pour produire l’effet recherché. Autant dire que les moyens s’étaient bien alignés à la fin.

Le gouvernement quant à lui n’a jamais intérêt à avancer des chiffres ou un bilan dans la précipitation. Comment pouvait-il en être autrement, quand on sait qu’il est le seul redevable envers le peuple? Il intervient lorsqu’un bilan officiel est disponible car il n’est pas censé mentir au peuple. Et c’est presque dans le même délai temporel que des questions de ce genre ont toujours été traitées.

Par contre, ceux qui ont plus intérêt à propager des rumeurs, de fausses rumeurs précisément l’ont fait en pleine connaissance de cause. Ils savaient que le gouvernement aura besoin de toutes les données avant de communiquer et de ce fait ils avaient voulu gagner du temps. Il s’agissait pour eux de dramatiser la situation de la pire des manières possible, plonger le peuple dans la désolation, attiser la fibre de révolte populaire à l’égard du gouvernement. Ils voulaient donc commettre le plus grand mal possible, que la vérité des faits mettra du  temps à réparer.

Et, n’oublions surtout pas qu’ils sont en parfaite adéquation avec leur logique, leurs visées politiques. Ils ont ainsi fait de l’insécurité un capital auquel tous les investissements viennent se greffer. Même dans la plus grande paix sociale, il leur faudra faire planer l’idée d’une insécurité permanente  . Il leur faudra dire et redire que le sang coule, mais surtout le sang de beaucoup de nigériens.

Et dans cette perspective, tout terroriste tué a qualité de paisible citoyen nigérien, l’essentiel étant qu’il puisse permettre de grossir le nombre de victimes. Les victimes collatérales à elles seules ne feront pas l’affaire des tisserands de la catastrophe. Il leur faudra coûte que coûte un modèle à la burkinabè ou à la malienne.

Les prouesses de nos FDS , qui ont irréversiblement défini  la configuration des forces au Sahel ne font pas leur affaire. Ils n’en parlent pas. La preuve, pour le cas particulier de Tamou, les FDS qui ont administré une leçon aux terroristes ont été diabolisées et les terroristes neutralisés élevés au titre de paisibles citoyens.

Par Asmane Saadou

- Advertisement -Newspaper WordPress Theme
- Advertisement -Newspaper WordPress Theme

Latest article

- Advertisement -Newspaper WordPress Theme

More article