spot_img
La lettre de TamTamDes perspectives heureuses pour les trois pays de l'AES

Des perspectives heureuses pour les trois pays de l’AES

Le Premier Ministre nigerien, M. Ali Mahamane Laminé Zeine et ses homologues du Mali et Burkina Faso, en visite de travail au Niger, ont conjointement animé, dans la soirée du samedi 30 décembre 2023, une conférence de presse au centre des conférences Mahatma Gandhi de Niamey.


Cette conférence de presse intervient après leur première journée de mission au Niger où ils ont eu ensemble une séance de travail élargie aux membres des trois délégations rapporte l’agence nigérienne de presse.

Il ressort des différents points de vue qu’il y a des perspectives prometteuses pour les trois pays de l’Alliance des Etats du Sahel qui viennent de s’unir pour mener ensemble le combat pour le développement socioéconomique et politique de la zone du Liptako Gourma.

Au cours de cette conférence presse, les trois Premiers Ministres de l’AES ont rappelé à l’opinion publique, les raisons qui ont présidé à la prise du pouvoir par les militaires dans les trois pays, et aussi annoncé les perspectives qui s’offrent à l’AES qui représente, selon eux, le moyen de lutte contre l’insécurité qui sévit dans la région du Liptako-Gourma.

Au cours de cette rencontre qui s’est déroulée en présence des membres des gouvernements nigérien, malien et Burkinabé, des corps diplomatiques accrédités au Niger, des acteurs de la société civile, de la jeunesse ainsi que des ressortissants de ces trois pays vivant au Niger, les trois chefs de gouvernement ont ainsi parlé des raisons qui ont conduit aux différentes prises de pouvoir dans les trois pays qui sont toutes liées à une mauvaise gouvernance et aux défis sécuritaires dans cette zone.

A cette occasion, le chef du gouvernement nigérien, M. Ali Mahamane Lamine Zeine s’est d’abord réjoui de recevoir en terre nigérienne ses trois homologues de l’AES tout en exprimant sa gratitude envers le Mali et le Burkina Faso qui ont apporté un soutien incontestable au Niger depuis les événements du 26 juillet, et cela malgré les sanctions imposées au pays par l’UEMOA et la CEDEAO.

Évoquant la question sécuritaire dans la sous-région, Ali Lamine Zeine a salué l’effort des Forces de Defense et de Sécurité, depuis la prise du pouvoir, dans la lutte contre le terrorisme malgré le contexte actuel, tout en exprimant la reconnaissance du CNSP et de son gouvernement envers la jeunesse nigérienne pour son effort fourni dans cette lutte commune.

Pour son homologue malien, M. Choguel Kokala Maiga qui, après avoir retracé l’historique du combat mené par les maliens en 2020 pour leur souveraineté, a rappelé que ce sont ’’les mêmes sanctions infligées au Niger que la CEDEAO avait imposées au Mali et au Burkina Faso auparavant’’ et c’est pour cela que ’’les frères du Mali et du Burkina ont dit à qui veut l’entendre que nous sommes des peuples de guerriers et celui qui veut s’en prendre au Niger, nous trouvera sur son chemin et c’est ainsi que naquit l’AES’’.

L’AES a, selon le Chef du gouvernement malien, ’’commencé par les questions de sécurité et aujourd’hui la collaboration entre nos trois armées a atteint un niveau de l’intégration extrêmement élevé qui fait peur à certains car nos armées sont en train d’inverser la situation vis-à-vis des terroristes’’.

‘’Nous avons des preuves au Mali que tous ces mouvements, dits de terroristes, sont créés et sponsorisés par les services secrets de certains pays qui prétendent être nos amis mais c’est une amitié qui est écrite en rouge, nourrie du sang de nos enfants et nous avons dit que nous ne voulons pas de cette amitié mais d’une amitié africaine’’ a-t-il fait savoir avant d’appeler les populations à tout faire pour ne pas retourner en arrière.

Le Premier Ministre malien n’a pas manqué de féliciter le peuple nigérien et les organisations de la société civile pour le combat mené depuis les évènements du 26juillet tout en exhortant les peuples de l’AES à aller dans le même sens que leurs dirigeants en leur apportant un soutien dans cette lutte pour la souveraineté du Sahel.

Le chef du gouvernement de transition Burkinabé, quant à lui, Maître Apolinaire Joachim Kyelem de Tambala a, après avoir salué la détermination du Président nigerien, le général Abdourahamane Tiani, indiqué que le Niger, le Mali et le Burkina Faso ont les mêmes habitudes alimentaires et un même niveau ce développement, d’où la nécessité pour eux d’être ensemble.

’’Au Burkina nous sommes en train de réfléchir pour écrire une nouvelle constitution totalement détachée du format français qui nous a été imposé auparavant’’ a-t-il annoncé appelant ainsi le peuple de l’AES à mettre un terme aux égoïsmes nationaux afin de mettre en œuvre leurs projets communs.

Pour se faire, a t-il enfin proposé, ’’ des commissions mixtes’’ doivent être mises en place pour les trois pays afin de mener des activités autonomes communes pour parvenir à une véritable indépendance.

Rappelons que l’AES a été créée le 16 septembre 2023 regroupant le Niger, le Mali et le Burkina Faso qui entendent désormais unir leurs forces dans la lutte contre le terrorisme et assurer aussi à l’espace communautaire un développement socioéconomique et politique réussi après plus de 60 ans d’expériences non fructueuses avec la puissance colonisatrice.

- Advertisement -Newspaper WordPress Theme
- Advertisement -Newspaper WordPress Theme

Latest article

- Advertisement -Newspaper WordPress Theme

Le Premier Ministre nigerien, M. Ali Mahamane Laminé Zeine et ses homologues du Mali et Burkina Faso, en visite de travail au Niger, ont conjointement animé, dans la soirée du samedi 30 décembre 2023, une conférence de presse au centre des conférences Mahatma Gandhi de Niamey.


Cette conférence de presse intervient après leur première journée de mission au Niger où ils ont eu ensemble une séance de travail élargie aux membres des trois délégations rapporte l’agence nigérienne de presse.

Il ressort des différents points de vue qu’il y a des perspectives prometteuses pour les trois pays de l’Alliance des Etats du Sahel qui viennent de s’unir pour mener ensemble le combat pour le développement socioéconomique et politique de la zone du Liptako Gourma.

Au cours de cette conférence presse, les trois Premiers Ministres de l’AES ont rappelé à l’opinion publique, les raisons qui ont présidé à la prise du pouvoir par les militaires dans les trois pays, et aussi annoncé les perspectives qui s’offrent à l’AES qui représente, selon eux, le moyen de lutte contre l’insécurité qui sévit dans la région du Liptako-Gourma.

Au cours de cette rencontre qui s’est déroulée en présence des membres des gouvernements nigérien, malien et Burkinabé, des corps diplomatiques accrédités au Niger, des acteurs de la société civile, de la jeunesse ainsi que des ressortissants de ces trois pays vivant au Niger, les trois chefs de gouvernement ont ainsi parlé des raisons qui ont conduit aux différentes prises de pouvoir dans les trois pays qui sont toutes liées à une mauvaise gouvernance et aux défis sécuritaires dans cette zone.

A cette occasion, le chef du gouvernement nigérien, M. Ali Mahamane Lamine Zeine s’est d’abord réjoui de recevoir en terre nigérienne ses trois homologues de l’AES tout en exprimant sa gratitude envers le Mali et le Burkina Faso qui ont apporté un soutien incontestable au Niger depuis les événements du 26 juillet, et cela malgré les sanctions imposées au pays par l’UEMOA et la CEDEAO.

Évoquant la question sécuritaire dans la sous-région, Ali Lamine Zeine a salué l’effort des Forces de Defense et de Sécurité, depuis la prise du pouvoir, dans la lutte contre le terrorisme malgré le contexte actuel, tout en exprimant la reconnaissance du CNSP et de son gouvernement envers la jeunesse nigérienne pour son effort fourni dans cette lutte commune.

Pour son homologue malien, M. Choguel Kokala Maiga qui, après avoir retracé l’historique du combat mené par les maliens en 2020 pour leur souveraineté, a rappelé que ce sont ’’les mêmes sanctions infligées au Niger que la CEDEAO avait imposées au Mali et au Burkina Faso auparavant’’ et c’est pour cela que ’’les frères du Mali et du Burkina ont dit à qui veut l’entendre que nous sommes des peuples de guerriers et celui qui veut s’en prendre au Niger, nous trouvera sur son chemin et c’est ainsi que naquit l’AES’’.

L’AES a, selon le Chef du gouvernement malien, ’’commencé par les questions de sécurité et aujourd’hui la collaboration entre nos trois armées a atteint un niveau de l’intégration extrêmement élevé qui fait peur à certains car nos armées sont en train d’inverser la situation vis-à-vis des terroristes’’.

‘’Nous avons des preuves au Mali que tous ces mouvements, dits de terroristes, sont créés et sponsorisés par les services secrets de certains pays qui prétendent être nos amis mais c’est une amitié qui est écrite en rouge, nourrie du sang de nos enfants et nous avons dit que nous ne voulons pas de cette amitié mais d’une amitié africaine’’ a-t-il fait savoir avant d’appeler les populations à tout faire pour ne pas retourner en arrière.

Le Premier Ministre malien n’a pas manqué de féliciter le peuple nigérien et les organisations de la société civile pour le combat mené depuis les évènements du 26juillet tout en exhortant les peuples de l’AES à aller dans le même sens que leurs dirigeants en leur apportant un soutien dans cette lutte pour la souveraineté du Sahel.

Le chef du gouvernement de transition Burkinabé, quant à lui, Maître Apolinaire Joachim Kyelem de Tambala a, après avoir salué la détermination du Président nigerien, le général Abdourahamane Tiani, indiqué que le Niger, le Mali et le Burkina Faso ont les mêmes habitudes alimentaires et un même niveau ce développement, d’où la nécessité pour eux d’être ensemble.

’’Au Burkina nous sommes en train de réfléchir pour écrire une nouvelle constitution totalement détachée du format français qui nous a été imposé auparavant’’ a-t-il annoncé appelant ainsi le peuple de l’AES à mettre un terme aux égoïsmes nationaux afin de mettre en œuvre leurs projets communs.

Pour se faire, a t-il enfin proposé, ’’ des commissions mixtes’’ doivent être mises en place pour les trois pays afin de mener des activités autonomes communes pour parvenir à une véritable indépendance.

Rappelons que l’AES a été créée le 16 septembre 2023 regroupant le Niger, le Mali et le Burkina Faso qui entendent désormais unir leurs forces dans la lutte contre le terrorisme et assurer aussi à l’espace communautaire un développement socioéconomique et politique réussi après plus de 60 ans d’expériences non fructueuses avec la puissance colonisatrice.

- Advertisement -Newspaper WordPress Theme
- Advertisement -Newspaper WordPress Theme

Latest article

- Advertisement -Newspaper WordPress Theme

More article